lundi 12 décembre 2011

Conséquence naturelle des actes par chez nous

        Comme souvent, quand je présente un outil, je l'expérimente en même temps chez moi ;-) Je partage donc avec vous cette expérience avec Paul.
L'année dernière déjà, Paul n'avait pas pu se résoudre à ouvrir une case de son calendrier de l'avent par jour, il avait mangé tous les chocolats le 1er décembre. Ou le 2. Sans même être malade. Faut dire que 75g de chocolat, son foie a vu pire ;-) De voir Martin ouvrir scrupuleusement tous les matins sa petite case ne l'avait pas dérangé.
Cette année, de nouveau, le 2 décembre, plus de chocolats. Toujours pas de crise de foie.  Et pour Nathan plus de chocolats non plus :-p
S'ensuit une discussion un matin cette semaine :
P : "ah moi, j'ai plus de chocolats"
- Bah oui, je me rappelle que tu les as tous mangés l'autre jour !
- Oui ! J'avais pas envie d'attendre !
- Hmmm
- Ils sont trop bons ces chocolats !
- Bah oui, je veux bien te croire !
- Et Martin lui, il en a encore plein !
- Oui !
- ça doit être bien aussi d'ouvrir une case chaque jour !
- hmm
- Je ferai peut-être ça la prochaine fois !

Paul, dans sa pleine autonomie, expérimente la conséquence naturelle de ses actes et réajuste. Peut-être que l'année prochaine, son calendrier survivra jusqu'à Noël, peut-être pas ;-)

4 commentaires:

Mme Z a dit…

C'est mignon.
Eva est en pleine expérimentation en ce moment et même si elle sait que les choses sont dangereuses elle veut quand même y aller. Elle a de ce fait réussi à gouter une gelule du charbon actif dont la boite était pourtant haut placée (heureusement les anti-inflammatoires étaient encore plus haut)et désobéi une autre fois, alors que je demandais à mon homme de ne pas la quitter des yeux elle a disparu, tombé dans l'eau et a failli se noyer, quand on l'a trouvée elle avait été repêchée par quelqu'un. Elle me dit que c'est son corps qui lui dit de faire ça...comment pouvoir gérer l'envie d'expérimentation de choses dangereuses ?

Amanda a dit…

En tant que parents, nous sommes garants de la sécurité physique de nos enfants, c'est un élément essentiel. Je lis le terme "désobéi" qui me fait penser que tu as posé une interdiction sur certaines choses qui t'apparaissent comme étant dangereuses. Le problème de l'interdiction, c'est qu'elle appelle la transgression (hmmmm, c'est interdit, j'aimerais bien aller voir pourquoi, tiens !)Peut-être pourrais-tu plus insister sur l'aspect dangereux du fait d'aller se baigner seule et lui rappeler cet épisode ? Peut-être pourrais-tu aussi en faire un élément du cadre de votre vie familiale (on se baigne en la présence de papa ou de maman) ? Ces 2 pistes permettraient que Eva ne vive pas la chose comme étant une interdiction. Tiens moi au courant ;-)

Amanda a dit…

Peut-être pourrais-tu aussi, si Eva a besoin d'expérimenter seule le danger des choses, lâcher du lest dans certains cas (selon ce qui est possible pour toi et en fonction du danger que tu évalues) ? Pour que petit à petit, elle appréhende le danger seule et détermine par elle-même l'attitude adéquate à avoir. Est-ce que tu vois dans quelles situations tu pourrais la laisser faire seule ?

Mme Z a dit…

Disons que je n'avais pas anticipé qu'elle passe outre les consignes (et cette année la maitresse leur a fait un petit cours là dessus avec confection d'un petit livret, Eva nous avait même restitué son cours). Mais tu as raison peut-être n'aborder que le danger sans la consigne de sécurité (interdiction) qui va parfois avec...
Comme c'est toujours une surprise j'ai du mal à anticiper et donc laisser appréhender le danger. Une autre fois elle jouait avec des enfants pendant que nous mangions lors d'une fête et elle s'est mise à marcher sur le bord d'un petit pont (je lui avait dit de ne pas jouer près du bord, là elle était au dessus du vide d'1m). Je la regardais pourtant régulièrement jouer avec les enfants sur la pelouse, mais là elle avait voulu tester un nouveau truc, qui aurait pu être dangereux.
Pour ce qui concerne les médocs, hier j'ai ouvert le placard dans lequel ils sont tous rangés et là elle me dit, je suis malade je peux avoir des médicaments? J'ai du lui ré-expliquer en étant bien plus ferme encore du coup.
La dernière fois je pars dans la cuisine et pendant ce temps elle a pris mon verre de vin et allait boire.
Je peux pourtant t'assurer qu'elle n'est pas suicidaire et plutôt en grande forme !

Alors sur les médocs et le vin je ne peux pas vraiment laisser tester.

Je lui ai juste dit suite à ses évènements, que j'avais besoin d'avoir confiance en elle, que pendant un temps j'allais être plus près d'elle pour pouvoir surveiller qu'elle ne se mette pas en danger, mais que quand elle sera prête à respecter les consignes de sécurité elle me le dira et je lui redonnerai plus de "mou". C'est la seule chose qui m'est venue à l'esprit juste après. Mais de toutes façons il est vrai que j'intensifie le contrôle depuis.

Merci pour tes conseils. Je te ferai un retour d'expérience car on part en vacances et je pense qu'elle va avoir de nouvelles choses à tester. Il y aura des falaises d'ailleurs je vais bucher là dessus, tiens...

Enregistrer un commentaire