lundi 2 janvier 2012

La gestion des conflits : vers l'autonomie

            Vos enfants arrivent en hurlant, l'un se tenant la tête, l'autre apparemment très en colère. Ils crient tous les 2 pour exposer le problème qu'ils rencontrent. Vous visualisez la scène ? J'imagine que comme moi, vous n'avez pas besoin de chercher bien longtemps pour que cette scène fasse écho à une scène que vous avez vécue dans votre quotidien avec vos enfants. Quand on fait le choix d'avoir plusieurs enfants, les disputes sont quotidiennes ou presque et c'est normal ! L'essentiel est que tout le monde le vive bien, parents et enfants :-) Pour cela, allons donc voir du côté des outils ;-)
J'avais présenté un premier outil il y a quelque temps qui était de replacer les enfants au coeur du problème par une phrase qui présentait l'origine du conflit : "Vous avez tous les 2 très envie de jouer avec ce camion" et de les renvoyer ensuite à leur autonomie : "Je suis sûr(e) que vous allez trouver une solution !". Aujourd'hui, je souhaiterais approfondir cet outil. Quand nos enfants font appel à nous en cas de conflits, nous avons vite fait d'interpréter qu'ils ont besoin de nous pour trouver une solution, qu'ils ont besoin de notre intervention. Je vous propose de voir les choses plutôt ainsi : nos enfants n'ont pas encore totalement les ressources pour régler leurs conflits en autonomie, ils sont en apprentissage mais là est bien le but. Des conflits, ils en rencontreront toute leur vie, d'où la nécessité qu'ils apprennent à les gérer seuls, dans leur propre autonomie. Et soit dit en passant, des conflits que les enfants finissent par gérer en grande majorité seuls, c'est l'assurance pour nous, parents, d'être moins sollicités et de dépenser notre énergie à autre chose ;-) Attelons-nous à la tâche alors ;-)
Les accompagner vers cette autonomie implique de notre part de ne pas prendre parti, d'être là comme un facilitateur en gardant l'objectif en tête de les guider vers l'autonomie dans la gestion de leurs conflits. De toute façon, il est illusoire d'espérer comprendre vraiment ce qu'il s'est passé, chacun raconte sa version des faits, la discussion est bien souvent stérile et sans fin. Donc, on ne revient pas en arrière, on prend le conflit où il en est, que se passe-t-il à cet instant pour eux ? Le premier s'est pris un coup sur la tête, il a besoin d'être entendu, de pleurer sans doute "Oui, ça fait mal un coup sur la tête", le 2ème est en colère : "Tu es très en colère contre ton frère, je souhaiterais que tu lui dises avec des mots et pas avec tes poings. Les coups sont interdits dans cette maison". Les émotions s'expriment, c'est une phase indispensable, ils ont besoin de traverser ces émotions pour ensuite être à même de trouver des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent. Une fois les émotions exprimées, vous pouvez alors recentrer la discussion sur l'origine du conflit : "Vous avez envie de jouer tous les 2 avec ce camion. Comment pouvez-vous faire ?" Laissez les propositions venir sans les juger, le propriétaire du camion est libre de le prêter ou pas, de la même manière que son frère est libre d'avoir envie de jouer avec même si ce n'est pas le sien. Il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises solutions, restez dans votre rôle de facilitateur qui est extérieur au problème, en retrait et accompagnez vos enfants vers des solutions :-)

2 commentaires:

géraldine a dit…

il me faudrait un post it dans mon cerveau pour les moments clés et enfin arrêter de vouloir régler les problemes à leur place... gggrgrrgr
ah et aussi, autre point difficile, l'acceptation (sans subir!) qu'ils aient recours aux poings. En leur répétant au moment où ils viennent et à ce moment seulement "les mots pas les mains" :( parce que à force d'exiger qu'ils ne soient pas violents entre eux (comme nous tentons de le faire avec eux, mais nous sommes des adultes héhé), et bien ça concentre une colère encore plus grande en eux car elle n'aboutit jamais. Les mots pas les mains, c'est un processus d'apprentissage comme un autre, avec des moments de régression plus ou moins longs. C ça le plus dur pour moi. garder ça en tête. Et leur laisser vivre leur propre experience du recours à la violence et des autres outils qu'ils peuvent explorer.... chantier 2012 :)

hmark a dit…

I have read so many articles on the topic of the blogger lovers however this post is actually a fastidious article, keep it up.Gestion de conflits

Enregistrer un commentaire