lundi 23 janvier 2012

Les repas chez J.

           Aujourd'hui, je vous emmène chez J. pour vous présenter son cheminement par rapport aux repas et le cadre qu'elle a mis en place progressivement. 
Tout d'abord, il y a eu un constat, le constat que les repas étaient très éloignés de ce à quoi J. aspirait et qu'ils n'étaient plus source de plaisir pour elle. Ce constat étant fait, dans le but de ne pas subir cette situation et de créer un cadre qui lui conviendrait, J. a commencé par écouter ses besoins en lien avec les repas. 
Il lui est apparu qu'elle souhaitait plus de calme à ce moment-là, moins d'agitation ce qui était incompatible avec les allées et venues de ses filles à table et avec l'excitation qui se manifestait parfois. Il était également important pour elle que ce soit un moment d'échanges pendant lequel chacune pourrait prendre la parole, échanger avec les autres. Et enfin, elle souhaitait plus de coopération des filles à ce moment-là, elle se sentait lasse de tout faire : mettre la table, débarrasser...
Le fait d'écouter ce à quoi elle aspirait, ce qui était possible pour elle et ce qui ne l'était définitivement plus, a permis au cadre d'émerger petit à petit.
Pour répondre à son besoin de calme, elle a demandé à ses filles de ne sortir de table que quand elles n'avaient plus faim. Si toutefois ses filles avaient besoin de se lever pour aller chercher quelque chose dans le frigo par exemple, J. leur a demandé d'en faire la demande au préalable.  Elle est restée ferme sur ce point et a dû 2 fois mettre en pratique le "Tu es sortie de table,  c'est donc que tu n'as plus faim.", ses fillettes l'ont très vite intégré ;-) De son côté, pour être moins dans l'agitation aussi, elle a pris la décision autant que possible de tout apporter sur la table de manière à limiter ses sorties de table à elle aussi.
Concernant l'excitation, J. a proposé à ses filles pendant quelques repas de jouer à "la reine du silence". Cela leur a permis de se recentrer et les discussions ont pu reprendre ensuite plus dans le calme qu'auparavant. Elle demande à ses filles de respecter la parole de chacune, de ne pas se couper la parole pour que les échanges soient agréables.
Pour répondre à son besoin de coopération, J. a proposé à ses filles de mettre la table ce qu'elles font à leur gré avec plaisir et de débarrasser la table du petit-déjeuner le week-end. Elles lavent avec plaisir également la table et les chaises après le repas. J. leur demande également de se servir à table ce qui leur permet à la fois de participer aux différentes tâches et en plus de se servir une part en adéquation avec leur faim.
Depuis que ce nouveau cadre a été mis en place, les repas se passent beaucoup mieux, c'est redevenu un vrai moment de plaisir partagé. J. a toutefois encore besoin de rappeler le cadre régulièrement.

On voit bien ici encore une fois comme le cadre part d'abord des besoins du ou des parents et vient s'ajuster ensuite aux enfants. 
Ne restez pas avec un fonctionnement qui ne vous convient pas ! 
Ecoutez-vous et mettez en place un nouveau cadre qui réponde à la fois à vos besoins et à ceux de vos enfants ! 
Vous avez besoin de plus de coopération pendant les repas ? Exprimez votre besoin et voyez ce que chacun de vos enfants est disposé à faire. Tentez l'expérience !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire