lundi 6 février 2012

Harmonie retrouvée

              Le mois de janvier aura été celui d'importantes prises de conscience pour moi. Après l'article sur mon cheminement quant à mon besoin d'ordre, je partage avec vous aujourd'hui ce qui s'est passé chez nous les mercredis pendant ce mois de janvier.
Les mercredis passés avec mes 3 enfants au mois de décembre avaient été joyeux, pleins de jeux divers, j'avais alors beaucoup de plaisir à jouer avec eux, vraiment. Mais voilà, début janvier, changement de décor :  je n'avais plus envie de jouer avec eux, je n'aspirais qu'à une chose :  prendre du temps pour moi pour lire, approfondir ma pratique et écrire. Simplement, une voix intérieure me disait "Non mais Amanda, t'abuses quand même, là ! Tu as les lundis et jeudis pour travailler, les mercredis DOIVENT être consacrés à tes enfants !" Hum hum. Le premier mercredi, je ne me suis pas autorisée à faire ce dont j'avais réellement envie et comme par hasard, ça s'est mal passé avec mes enfants, j'étais irritable et peu disponible. J'ai eu la sensation d'être en apnée tout le mercredi et d'enfin reprendre ma respiration quand je les ai déposés le jeudi qui à l'école qui à la garderie et que j'ai ENFIN pu travailler. C'était une sensation très désagréable. Je me sentais comme coupée de moi et de mes enfants. Ce n'était pas possible de continuer ainsi. Du coup, le mercredi suivant, étant donné que je continuais à ressentir ce fort besoin de travailler, j'ai décidé de m'écouter et de travailler. Youhouuu ! J'en ai informé mes enfants, je leur ai dit que j'allais travailler, que j'avais besoin de tranquillité et que donc je m'isolais dans la chambre d'amis. Je leur ai demandé, si jamais ils rencontraient des problèmes, de d'abord essayer de trouver une solution entre eux avant de venir me voir. Ce mercredi-là, j'ai pu travailler 3 heures. Oh j'ai entendu des cris, des disputes mais apparemment ils ont à chaque fois trouvé une solution à leurs problèmes dans leur autonomie vu qu'ils ne sont pas venus me voir ;-). Quand je suis revenue vers eux, j'étais ravie d'avoir pu travailler, ravie de les retrouver, toute disposée à partager un moment avec eux. Cet après-midi-là, on a joué 3 heures aux Lego, c'était super ! Ce besoin de consacrer plus de temps à mon travail personnel s'est confirmé, j'ai donc pris l'habitude et mes enfants aussi, de travailler au moins 3 heures les mercredis suivants.
Mercredi dernier, alors qu'à 10h, je n'avais pas encore exprimé mon envie de travailler, Martin est venu me voir pour me dire : "Bah maman, tu n'as pas envie de travailler aujourd'hui ? Parce que nous, en fait, on aime bien se débrouiller tous les 3 ! " J'ai éclaté de rire ! J'ai réalisé alors que le fait de m'autoriser à travailler, à faire ce que j'avais réellement envie de faire, répondait à mon besoin et aussi à celui de mes enfants. Ils aspiraient de leur côté à développer leur autonomie et Martin à exercer son rôle de grand frère !

Voici ce que je souhaiterais vous transmettre aujourd'hui. Souvent, nous résistons à ce qui se passe en nous à cause de notre moralité, de règles qu'on se fixe arbitrairement. Du coup, nous nous déconnectons de ce qui se passe en nous et la vie qui s'écoule alors, nous apparaît au mieux terne, au pire conflictuelle.

  • Je vous invite à identifier ces moments-là dans ce que vous vivez actuellement.
  • Faites le choix dès à présent de répondre à ce besoin en ayant l'assurance que c'est la seule chose à faire (tout simplement parce que c'est là). Commencez par quelque chose de simple et de directement accessible. Si par exemple, vous éprouvez le besoin de prendre du temps pour vous, ne commencez pas par envisager la semaine en thalasso :-p mais par exemple, une demi-heure de lecture personnelle en présence de vos enfants.
  • Parlez-en à vos enfants ou à votre entourage en exprimant clairement ce que vous souhaitez.
  • N'attendez pas de vos enfants ou de votre entourage qu'ils respectent ce besoin que vous avez mais plutôt, occupez-vous de satisfaire votre besoin et de faire en sorte que ce soit possible.
  • Observez la satisfaction que cela vous procure et observez aussi ce qui se passe du côté de vos enfants : que développent-ils à ce moment-là ?

1 commentaires:

carine a dit…

bonjour, il faudra vraiment que je pense à remercier l'amie qui m'a fait connaitre votre blog,si j'habitais la région parisienne, je serais venue à l'un de vos ateliers.
Vos articles me parlent vraiment ++++ !

Celui-là encore ! Juste quand je me questionne pourquoi je n'ai aucune patiente en ce moment ?
et cette irritabilité qui semble resurgir à tout instant ? cette fatigue et ce ras-le-bol ?

J'ai progressé sur les couchers, j'ai tout noté noir/blanc et on avance toutes les 2, j'ai décidé de mettre à profit ce temps de calme dont elle a besoin pour s'endormir et je m'essaie à l'introspection...

Il en ressort que j'ai besoin de temps !!! Plus que tout je veux faire des choses sans avoir à les interrompre pour moucher un nez, un calin, un bobo, des chamailleries !!
Je veux pouvoir prendre un bouquin et lire 1/2h-1h sans interruption !!!

Nous allons donc mon mari et moi réorganiser un peu le début de soirée.

Merci, car dans votre article je trouve un écho puissant de mon ressenti et je me sens moins seule.

Enregistrer un commentaire