lundi 26 mars 2012

Encore des étiquettes !

             Cette semaine, j'ai été attentive aux étiquettes posées par mes enfants sur les autres et j'en ai relevé tout un florilège "Martin, t'es le plus méchant de la Terre" "Paul, t'es vraiment nul !" "Maman, t'es vraiment pas gentille (ou pire :-p) !"
Mes enfants sont en apprentissage. C'est encore difficile pour eux de se connecter à ce qui se passe pour eux et de ne pas être dans la réaction à ce que fait l'autre par le jugement, l'accusation ou le reproche, surtout quand ils sont aux prises avec des émotions fortes comme la colère. Je suis là pour les guider sur ce chemin, comme le tuteur d'une plante qui chuchoterait : "Regarde en toi, tout se passe toujours d'abord en toi !"

Comment les guider dans cet apprentissage, leur donner des repères tout en nous écoutant nous-mêmes dans nos limites ?


     Pour répondre à cette question, j'ai été attentive à mes réactions, elles ont été de plusieurs ordres :

  • Faire la sourde oreille :-p . Si ça ne leur pose pas de problème ni à l'un ni à l'autre, je laisse couler. J'accepte pleinement qu'il en soit ainsi, qu'ils ne soient pas encore en mesure d'exprimer leur désaccord ou leur colère autrement.
  • M'éloigner de la situation. Oui, quand je sens que ça m'agace, que mon état émotionnel ne me permet pas de vivre la scène sereinement, je change de pièce. Et souvent, j'observe que le fait de m'écouter dans mes limites amène mes enfants à aller puiser dans leurs ressources qu'ils ont bel et bien.
  • Accueillir avec empathie ce qui a besoin d'être accueilli. "Mamannnnn, Martin il m'a dit que j'étais méchannnnnnt" "Oh, c'est  très désagréable pour toi d'entendre ça..." "Bah oui !" 
  • Les guider vers la reconnaissance de ce qui se passe pour eux. "Oh, tu es en colère car je ne veux plus que tu fasses du roller dans l'appartement ?" "Bah oui !!!"
  • Arrêter la situation quand elle part en ping-pong ("Non, c'est toi qui es méchant d'abord ! ") " STOP, je ne vois pas d'enfants méchants ici, je ne vois que des enfants qui ont encore du mal à communiquer !"
  • Les guider avec une médiation. Je les invite alors à se recentrer sur eux, sur leurs ressentis et à partager cela avec l'autre, à entrer en relation avec l'autre et à expérimenter le dialogue dans ces cas-là.

Les étiquettes posées par nos enfants sur les autres sont le signe qu'ils éprouvent encore des difficultés à partir d'eux et de leurs ressentis. Ils ne sont alors plus en lien avec eux-mêmes mais en réaction à l'autre. Je vous invite donc à les accompagner sur ce chemin (en expérimentant ces différents outils), à attirer leur attention sur ce qu'ils ressentent jusqu'à ce qu'ils puissent le faire dans leur autonomie. En vous assurant au préalable qu'il en est de même pour vous (cf dernière citation tirée du livre de Jesper Juul ;-) ), êtes-vous à l'aise avec l'expression de vos sentiments ? Si cela vous pose problème, je vous propose d'y aller pas à pas et de vous exercer avec vos enfants : quand vous sentez un jugement arriver ("Oh purée qu'il est bavard !"), concentrez-vous d'abord sur vous et ce que vous ressentez ("J'ai besoin de calme") et faites en sorte de répondre à votre besoin. Exercez-vous à cette vigilance, cela deviendra bientôt un automatisme !








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire