lundi 12 mars 2012

Outil F&M : ne posez pas de questions


Au lieu de poser de nombreuses questions...



Laissez votre enfant partager avec vous ce qu'il a l'élan de partager.
D'après "Parler pour que les enfants écoutent..." Illustrations de Martin

               Dans les ouvrages de Faber et Mazlish, outre les conseils en matière de communication parents-enfants, j'aime beaucoup les BD qui rendent les enseignements vivants et concrets. J'avais dans l'idée de partir des BD et d'y associer ma vision des choses et mon cheminement par rapport à ces outils mais celles-ci étant protégées, ce n'était pas possible. C'est à ce moment-là que Martin m'a proposé son aide pour illustrer des scènes à sa manière. Quelle chance j'ai d'avoir un fils qui prend autant de plaisir à dessiner ! Voici donc ce premier outil illustré par Martin (qui n'est pas peu fier de voir ses illustrations sur internet !). J'ai modifié les dialogues initiaux mais l'essence est la même : ne pas poser de questions pour permettre à l'enfant de partager ce qu'il a l'élan de partager. Martin a choisi de faire une mine dépitée à l'enfant sur la première vignette car "je n'aime pas du tout quand on me pose trop de questions alors j'imagine que c'est la même chose pour lui" m'a-t-il dit.
Quand nos enfants commencent à vivre leur vie indépendamment de nous, à la garderie puis à l'école, on aimerait bien savoir comment ça se passe pour eux, ce qu'ils y font. Quel parent n'a pas rêvé un jour d'être une petite souris pour pouvoir voir son enfant en classe ? Moi, c'était le cas en tout cas :-p Pourtant, l'école constitue une porte essentielle vers l'autonomie pour l'enfant, c'est son monde, son univers sans nous. Je vous invite donc, de la même manière que vous ne posez pas plein de questions à votre conjoint quand il rentre du travail (ou peut-être l'avez-vous expérimenté et constaté comme c'était déplaisant pour lui !), je vous invite à accueillir simplement vos enfants et à les laisser partager ce qu'ils ont l'élan de partager avec vous.
Quand j'ai commencé à expérimenter cet outil, je l'ai fait pour mes enfants, pour leur bien. J'étais dans cette énergie à ce moment-là. Pour leur bien, il fallait que je les laisse vivre leur vie sans y avoir un droit de regard. Sans contrôle. Cela a provoqué chez moi de la frustration et un vide : "Qui suis-je si je ne m'occupe plus de ce que font mes enfants ?" Et puis, petit à petit, ce vide s'est rempli. De lectures, de ce travail sur moi, de projets. Si bien qu'aujourd'hui, je réalise que cette autonomie que j'ai donnée à mes enfants, c'est également à moi que je me la suis offerte. A moi pour vivre ma vie et mes rêves.


5 commentaires:

Géraldine a dit…

ohlala, j'adore cet article Amanda :) quel chemin parcouru! c'est super motivant! et félicitations à Martin, je trouve ça extra de pouvoir partager cela avec lui, et ses dessins sont très parlants!
Cet article me parle beaucoup.
C'est étonnant parce que moi j'ai besoin que l'on me pose des questions, que l'on vienne me chercher... après ca peut m'ouvrir ou me fermer selon la manière dont c'est fait...
Mais je suis quelqu'un qui pose aussi beaucoup de questions. Je sais que ça saoule mes loulous parfois. Je vais expérimenter tout ça :) merci pour ce partage!

Anonyme a dit…

je me souviens d'une anecdote avec ma fille, elle rentrait de l'ecole en PS et je lui demande comment c'est passé sa journée, ce qu'elle a fait... elle me réponds alors " Est ce que je te demande ce que tu fais toi de ta journée ?"... depuis je ne pose plus la question..; et j'ai beaucoup plus d'infos !

j'ai beaucoup souri en lisant le texte des dessins (bravo à Martin au passage) parce que mon fils nous accueille en ce moment avec un "je suis content de te voir" agrémenté d'un superbe sourire !
bijou

Anonyme a dit…

Genre ils parlent si bien en PS...

Julie DjuWels a dit…

Je comprends le point, mais je pense qu'il est important de montrer que l'on s'intéresse à son enfant. Parfois, on aimerait bien qu'on nous demande comment a été notre journée. Après, libre à nous de nous étendre sur la question ou de rester bref et c'est important de respecter cela.

Anonyme a dit…

Genial !!! cela conforte mes reflexions et mes évolutions personnelles et familiales .....je suis d'accord avec cet article ....que de mauvais souvenirs enfants et ados à m'entendre dire tous les soirs qu'as tu fait aujourd'hui ? ....et me voir reprocher le fait de ne pas vouloir m'étendre sur le sujet.....bref maintenant je suis maman de 3 enfants et j'ai aussi une tendance à poser des questions parce que oui moi aussi j'aimerai être une souris pour les observer.....mais je m'efforce depusi qq tps à ne plus POSER DES QUESTIONS mais simplement leur dire que je suis effectivement "contente de les retrouver" et dans la foulée ou un peu plus tard je leur dit simplement ce que moi j'ai fait dans la journée parfois simplement ce que j'ai mangé à midi au bureau ou bien une anecdote sur mes collègues ou simplement que j'ai passé une mauvaise journée pour telle et telle raison ou bien je ne dis rien quand je n'ai pas envie.....et bien croyez moi c'est un fabuleux moment d'échanges et d'apprentissages....je me dis que leur montre le chemin pour qu'ils puissent le faire spontanèment s'ils en ont envie uniquement. chris.

Enregistrer un commentaire