lundi 5 mars 2012

"What you resist persists"

    
         Lors de l'atelier "Concilier les besoins des uns et des autres au sein de la famille", V. partageait avec nous que son fils de 4 ans et demi demandait à ce que sa mère vienne le chercher dans son lit le matin quand il se réveillait. V. avait beau lui expliquer qu'il était assez grand pour se lever seul, la demande de son fils recommençait chaque matin accompagnée d'une crise si elle n'était pas satisfaite. V. identifiait qu'une des raisons principales de sa réticence à répondre à la demande de son fils était la peur que la situation ne perdure dans le temps. Un bébé allait naître dans moins de 2 mois et V. souhaitait que son fils accède dès maintenant à plus d'autonomie.

       Grâce à cet exemple, je souhaiterais attirer votre attention sur ces moments où nous ne répondons pas aux demandes de nos enfants par peur de ce qui pourrait se passer par la suite.
"Oh là là et si il continuait à nous rejoindre dans notre lit encore longtemps ?"
 "Il mangeait si bien tout seul, pourquoi cette régression et combien de temps ça va durer ?".
Sentez comme la peur dans ces moments-là nous déconnecte de ce qui se passe dans le moment présent. Elle forme comme un écran entre nous et notre enfant et du coup, nous résistons à la réalité. La réalité, dans le cas de V. était que ce premier matin, si on prend l'origine du problème, son fils avait besoin de la présence de sa mère. Cela ne présageait en aucun cas qu'il en serait de même les autres matins, c'était simplement sa demande ce matin-là.
 
"Tout ce à quoi l’on résiste persiste et tout ce que l’on embrasse s’efface"
                                                                                        Carl Jung

3 commentaires:

Drago a dit…

chez nous cela persiste. J'ai demandé aux garçons de se lever seuls. Ils voudraient que nous les portions chaque matin mais à 7 ans 1/2 et 6 ans c difficile.
Je ne sais pas si c'est un besoin de nous, réellement...

Amanda a dit…

C'est peut-être un besoin de contact au moment du réveil ? Faut dire qu'un câlin pour commencer la journée, c'est sympa :-)
Si c'est difficile pour toi de les porter ou que tu n'en as pas envie, je t'invite à le leur dire et à trouver avec eux un autre moyen pour bien commencer la journée. Tu pourrais en parler avec eux un soir au moment du coucher par exemple.
Tiens moi au courant !

Anonyme a dit…

j'ai expérimenté cela... notamment la "regression" avec une demande d'aide pour manger. J'ai observé que si je refuse avec "tu es assez grand(e)" cela persiste et dégénère, souvent sur autre chose. Par contre, quand je le fait, en précisant que c'est "maintenant, pour faire plaisir", ça ne revient pas... J'ai observé aussi que c'est bien souvent soit par fatigue, soit à un moment de changement / évolution, soit une deceptions pour mes enfants. Par exemple, recemment ma fille a échoué pour sa premiere étoile, les 2 repas suivants elle m'a demandée de l'aider à manger... j'ai accueilli cette demande, puis c'est passé.
bijou

Enregistrer un commentaire